Suisse 2030: Les chances et dangers de la digitalisation

Des métiers disparaîtront du fait de la digitalisation – rien de nouveau pour nos oreilles. La première étude approfondie sur les effets de la digitalisation d’ici 2030 explique des faits dévastateurs : Rien qu’en Suisse, au moins 1’000’000 d’emplois vont disparaître. Un nombre effrayant pour neuf millions d’habitants. McKinsey & Company ont découvert que presque toutes les industries sont effectivement touchées, mais que la digitalisation crée aussi de nouveaux emplois et de la productivité.

Capacités manuelles et cognitives particulièrement à risque

L’étude McKinsey & Company  » Le futur du travail : l’opportunité digitale de la Suisse  » prévoit que 20 à 25 pour cent des emplois en Suisse sont menacés. Il s’agit avant tout des tâches manuelles et cognitives qui, grâce à la digitalisation, ne doivent plus être effectuées par des personnes telles que les caissiers, les collecteurs de données, les commis d’entrepôt ou les assistants de production. Ces emplois sont déjà de plus en plus automatisés aujourd’hui grâce à un grand nombre de petites aides technologiques – ce qui va considérablement augmenter d’ici 2030. Les compétences artisanales seront également de moins en moins demandées. Nous parlons particulièrement des emplois dits peu qualifiés – où la prudence absolue est requise. D’ici 2030, les compétences en statistique, en lecture et en écriture seront également fortement automatisées. Aujourd’hui, il existe déjà de très bons outils pour réussir la gestion de projet. Le secteur bancaire suisse, en particulier, a donc une tâche importante à accomplir, car de nombreuses compétences sont cruciales à cet égard. Aujourd’hui encore, de plus en plus de clients des banques renoncent au conseil personnalisé et préfèrent le portail d’information dans leur banque en ligne. On prévoit que 50 000 emplois disparaîtront dans le secteur financier, 120 000 dans le commerce de détail et 70 à 100 000 dans l’industrie.

Nouveaux emplois en 2030

Mais bien sûr, la digitalisation exige aussi de nouvelles compétences, qui créent simultanément de nombreux et nouveaux emplois. Les principaux domaines de demande seront les compétences technologiques, scientifiques et sociales. Cela créera à son tour environ 800 000 emplois – mais malheureusement pas principalement dans les mêmes régions où les emplois disparaissent. En même temps, la digitalisation crée aussi des emplois directs, parce qu’elle doit être faite par des êtres humains. Par exemple, « Digital Transformation Officer » ou « Project Manager Internal Digitization » sont désormais en demande.

 

Malheureusement, cependant, les emplois ne peuvent pas être simplement redistribués. Par exemple, un opérateur de machine ne peut pas devenir chef de projet. Ou un caissier une infirmière. Au contraire, la formation et l’éducation doivent commencer dès maintenant, car la reconversion d’une part est très coûteuse et d’autre part difficile à organiser pour une grande partie de la population. De même, on ne peut présumer que les compétences requises et les compétences générales sont disponibles pour ces professions. Nous n’avons pas tous l’empathie et la force nécessaires pour prendre soin des personnes âgées et malades, ni la compréhension technologique des nouvelles professions.

Forte croissance dans le secteur de la santé

A côté du secteur technologique, un nombre particulièrement important d’emplois sera créé dans le secteur de la santé. D’une part, les compétences sociales sont cruciales dans ce domaine. D’autre part, cela est dû au vieillissement de la société : En 2030, 23% de la population suisse aura plus de 65 ans contre 18% aujourd’hui. En conséquence, la demande de personnel infirmier augmente considérablement, une demande supplémentaire jusqu’à 85 000 employés est attendue dans le secteur des soins de santé, en particulier chez les professionnels de la santé, ainsi que les professionnels infirmiers formés. Non seulement trop peu d’employés sont déjà formés, mais beaucoup d’entre eux après un certain temps quittent leur emploi, et parmi les professionnels de la santé, c’est même jusqu’à 3 employés sur 4 qui quittent leur emploi. Les raisons en sont diverses :  le travail par quarts, le travail physique dur ainsi que les le bas salaires. Malgré cela, environ la moitié des infirmières et infirmiers professionnels exercent toujours leur profession.

Non seulement en Suisse, la pénurie s’applique dans de nombreuses régions du monde. Une étude a ainsi montré que dans les années à venir, la pénurie augmentera encore d’environ 2 millions de personnes aux Etats-Unis, où l’on recherche en particulier du personnel médical pour les soins à domicile ou dans les maisons de retraite. Toutefois, les salaires des employés de ces sous-secteurs sont également particulièrement bas, parfois bien inférieurs à la moitié du revenu annuel médian aux États-Unis. Dans ce domaine également, le travail posté (par quarts) et le travail physiquement pénible sont très stressants pour les employés. Dans ces conditions, il devient de plus en plus improbable que les postes nécessaires soient occupés.

Comment le marché du travail sera-t-il financé et structuré ?

C’est bien que le travail physique soit facilité, car il peut être pris en charge par des robots ou d’autres petits assistants. Malheureusement, cela permet aussi d’alléger les finances des caisses d’ assurance-maladie . Parce que les robots ne paient pas d’impôts et ne cotisent pas aux fonds de pension. Alors, comment financer le futur marché du travail, nos rues, nos écoles, ou tout le nouvel équipement pour le monde digital ? Allons-nous introduire une «taxe de digitalisation» ? Ou bien les employeurs doivent-ils aussi payer des cotisations de retraite pour les robots comme pour les employés humains ?

 

La question est maintenant de savoir dans quelle mesure il est non seulement possible de reprendre les activités par des robots, etc. mais aussi dans quelle mesure cela est permis. Parce que là où les yeux humains ont regardé jusqu’ici, seuls maintenant les écrans perçoivent les changements. Est-ce que c’est juridiquement justifiable ? De même, de nombreuses activités nécessitent l’obtention de certains certificats. La question est donc de savoir comment sécuriser la compétence d’un robot. Les robots, par exemple, peuvent-ils réussir les examens de conduite ?

 

Et c’est précisément lorsque des erreurs sont commises que la clarification des responsabilités est déjà difficile de nos jours. Souvent, des avis d’experts sont rédigés pendant des mois pour clarifier qui est responsable de tout dommage subi. Alors, allons-nous bientôt pouvoir souscrire une « assurance robot » ?

Des problèmes similaires dans le monde entier

La Suisse n’est pas le seul pays à faire face à ces défis. L’Allemagne manque déjà de 300 000 travailleurs dans les secteurs MINT. Aux États-Unis, une étude à grande échelle a examiné la probabilité d’automatiser 702 emplois et a conclu que 47 % de la main-d’œuvre américaine est très susceptible d’être affectée. Cependant, les emplois qui exigeaient un haut degré d’intelligence sociale (p. ex. porte-parole de presse), de créativité (styliste de mode) ainsi que de bonnes aptitudes à la manipulation (chirurgien) étaient à peine en danger. Nous sommes donc confrontés à des défis similaires dans le monde entier. Le groupe d’investissement CBRE a découvert que 50 pour cent de tous les emplois en Asie d’ici 2025 sont déjà menacés, en particulier dans les domaines manuels et cognitifs simples.

 

Measures

En Allemagne, la gravité de la situation est désormais également reconnue. Une loi sur l’immigration simplifiée en tant que travailleur qualifié sera introduite afin de lutter contre la pénurie de travailleurs qualifiés, en particulier dans le secteur de la santé. Cela s’applique aux citoyens de pays tiers, c’est-à-dire non-membres de l’UE/AELE, qui bénéficient déjà de la libre circulation des personnes. L’immigration peut être toute personne ayant les qualifications suffisantes pour exercer une profession et disposant d’un contrat de travail. Il y aura également un visa de six mois pour la recherche d’emploi. Le contrôle plus précoce visant à déterminer si un citoyen de l’UE pourrait faire le travail à la place sera interrompu. Des idées similaires sont récemment venues du Royaume-Uni. Un « Start-Up-Visa » sera introduit au printemps 2019. Le gouvernement veut faciliter la création de nouvelles entreprises technologiques étrangères au Royaume-Uni.

Faire de la transformation un succès

Comment répondre à ces défis ? La digitalisation se concentre sur deux tâches. Premièrement, la transformation de l’économie doit être soutenue de manière décisive, sans la laisser se produire trop rapidement. Une transformation trop rapide pourrait entraîner une hausse du chômage, car il n’a pas encore été possible de développer les nouvelles compétences requises. La transformation nécessite de nouveaux processus et modèles économiques pour les entreprises. En Suisse, par exemple, seulement 8 pour cent des commerces ont lieu en ligne, contre 15 ou 18 pour cent en Allemagne et au Royaume-Uni. Si elle y parvient, l’économie suisse, en particulier, pourra profiter considérablement de la transformation et augmenter sa productivité d’environ un pour cent par an. Des salaires réels plus élevés auraient également tendance à accroître la consommation, ce qui créerait également de nouveaux emplois.

Éduquer au lieu de d’attendre

En même temps, il faut mettre l’accent sur la formation fondamentale des employés et des apprenants dans les compétences de l’avenir. Les apprentissages devraient avoir beaucoup plus de contenu technologique, par exemple, les apprenants au bureau devraient être capables d’effectuer davantage de tâches sur l’ordinateur. Aujourd’hui encore, la demande de diplômés en technologie est loin d’être satisfaite en Suisse ; à l’avenir, avec environ 3000 diplômés, moins de la moitié seraient disponibles pour couvrir les postes à pourvoir. Dans le même temps, il apparaît à plusieurs reprises que les compétences sociales sont fondamentalement sous-estimées, mais qu’elles jouent un rôle majeur dans le développement réussi à long terme du marché du travail. C’est également à ce niveau que les entreprises et les établissements d’enseignement devraient commencer et offrir une formation complète. Dans l’ensemble, il est donc indispensable de repenser fondamentalement le développement des compétences.

 

Claire et impartiale analyse des écarts pour une transformation réussie

JANZZ.technology observe et travaille avec de nombreux marchés du travail dans le monde entier depuis près d’une décade. Notre moteur d’adéquation sémantique «JANZZsme!» permet d’apparier les compétences, les expériences, les spécialisations, les secteurs d’activité, etc. sans aucun préjugé et crée des analyses d’écarts transparentes et faciles à comprendre sur les compétences de vos employés. Cela vous donnera une idée claire des compétences qui sont disponibles, qui devraient être développées ou renouvelées. Contactez-nous dès maintenant pour une consultation et nous vous accompagnerons avec notre savoir-faire sur votre chemin vers la digitalisation avec succès.

Écrivez maintenant à sales@janzz.technology

 

[1] McKinsey Global Institute. 2018. The Future of Work: Switzerland’s Digital Opportunity. Zürich/Brüssel. URL: https://www.mckinsey.com/~/media/mckinsey/featured%20insights/
europe/the%20future%20of%20work%20switzerlands%20digital%20opportunity/the-future-of-work-switzerlands-digital-opportunity.ashx [2018.11.10].

[2] Hug, Daniel. 2018. Bis 2030 fallen in der Schweiz eine Million Jobs weg. In: NZZ am Sonntag, 6.10.2018. URL: https://nzzas.nzz.ch/wirtschaft/bis-2030-fallen-in-schweiz-eine-million-jobs-weg-ld.1426280?reduced=true [2018.11.10].

[3] AsiaOne. 2016. Top 10 careers that are dying a slow death. URL: http://www.asiaone.com/business/top-10-careers-are-dying-slow-death [2018.11.08].

[4] Frey, Carl Benedikt, Osborne, Michael A. 2013. The Future of Employment: How Susceptible are Jobs to Computerisation?. Oxford. URL: https://www.oxfordmartin.ox.ac.uk/downloads/academic/future-of-employment.pdf [2018.11.10].

[5] Oh, Soo. 2017. The future of work is the low-wage health care job. URL: https://www.vox.com/2017/7/3/15872260/health-direct-care-jobs [2018.11.10].

[6] MAMK/DPA. 2018. Arbeitgeber melden Rekord beim Fachkräftemangel. In: KarriereSPIEGEL. URL: http://www.spiegel.de/karriere/fachkraeftemangel-arbeitgeber-klagen-ueber-fehlende-mint-kraefte-a-1207636.html [2018.11.08].

[7] Bauer, Karin. 2018. Welche Jobs bleiben, welche verschwinden. In: Der Standard. URL: https://derstandard.at/2000078804017/Welche-Jobs-bleiben-welche-verschwinden [2018.11.09].

[8] Walser, Rahel. 2017. Beruf Fachkraft Gesundheit – Nach der Lehre die grosse Ernüchterung. URL: https://www.srf.ch/news/schweiz/beruf-fachkraft-gesundheit-nach-der-lehre-die-grosse-ernuechterung [2018.12.03].

[9] Böcking, David. 2018. Einwanderungsgesetz für Fachkräfte. Wer darf künftig zum Arbeiten nach Deutschland kommen? In: Der Spiegel. URL: http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/fachkraefte-die-offenen-fragen-beim-einwanderungsgesetz-a-1239722.html [2018.12.05].

[10] Hoock, Silke. 2018. Abschiebung nach Mazedonien. Wieder eine Krankenschwester weniger. In: Der Spiegel. URL: http://www.spiegel.de/wirtschaft/abschiebung-krankenschwester-amela-memedi-muss-nach-mazedonien-a-1239890.html [2018.12.05].

[11] The Government of United Kingdom. 2018. New start-up visa route announced by the Home Secretary.  URL: https://www.gov.uk/government/news/new-start-up-visa-route-announced-by-the-home-secretary [2018.12.03].

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *