Égalité des chances en matière d’emploi, à commencer par des procédures de candidature anonymes

Beaucoup de touristes considèrent que la Suisse est un pays magnifique. Cependant, s’ils décidaient d’immigrer dans ce pays et de tenter de trouver un emploi, ressentiraient-ils toujours la même chose ?

Un salaire élevé est l’une des principales raisons qui incitent les travailleurs étrangers à chercher des opportunités en Suisse. Les statistiques de l’Office fédéral de la statistique (OFS) montrent que le nombre de travailleurs frontaliers qui se rendent quotidiennement en Suisse depuis les pays voisins est en augmentation, atteignant 332 177 en 2020 [1]. L’OFS a également indiqué qu’à la fin de 2019, le nombre d’étrangers participant activement au marché du travail suisse est passé à 1,6 million [2], laissant environ 1,3 million de travailleurs étrangers, soit environ un quart de la population active totale du pays.

Toutefois, par rapport aux citoyens suisses, le taux d’emploi de la main d’œuvre étrangère est beaucoup plus faible. Une étude récente indique que, durant leur première année en Suisse, le taux d’emploi des hommes étrangers est inférieur d’environ 16 % à celui de ceux nés en Suisse, et pour les femmes étrangères, il est inférieur de 37 % au taux d’emploi de celles nées en Suisse. Il est évident que cet écart va se réduire progressivement au fil des années. Cependant, après cinq ans, le taux d’emploi des étrangers est toujours inférieur à celui des travailleurs nés en Suisse : de 4 % pour les hommes et de 13 % pour les femmes [3].

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les travailleurs migrants sont désavantagés sur le marché du travail d’un autre pays que le leur. L’un des aspects principaux est la compatibilité des compétences, y compris le capital humain et social. Par rapport aux résidents nés dans le pays, les nouveaux travailleurs migrants sont souvent désavantagés en termes de compétences dans le pays d’accueil. Ils connaissent généralement moins bien les coutumes locales et sont moins susceptibles de posséder une formation ou une certification professionnelle reconnue. Ils manquent également d’informations sur les opportunités du marché du travail, par exemple les réseaux locaux qui peuvent être utiles dans une recherche d’emploi, ou les attentes des employeurs. Heureusement, ces inconvénients diminuent au fil du temps s’ils restent dans ce pays.  [4].

La langue locale est une autre compétence spécifique au pays et la maîtrise de la langue principale du pays d’accueil est un déterminant important de la réussite sur le marché du travail. La Suisse est un pays multilingue avec quatre langues officielles : l’allemand, le français, l’italien et le romanche. Selon nos estimations basées sur plus de 10 ans d’expérience dans l’analyse des données sur les professions, le nombre moyen de langues demandées par les employeurs en Suisse est de 2 à 2,5 : une ou deux langues locales combinées à l’anglais. Pour les locuteurs natifs d’une des langues locales, cela signifie qu’ils ont la connaissance d’une ou deux langues étrangères – qui font toutes partie du programme standard des écoles suisses. Pour les travailleurs étrangers, du moins pour les quelque 60 % qui ne sont pas des locuteurs natifs d’une de ces quatre langues, ces exigences sont légèrement différentes.

Lorsque l’on compare les niveaux de compétences et de qualifications, la proportion d’étrangers ayant fait des études supérieures est comparable à celle des Suisses. À l’autre bout du spectre, la proportion de travailleurs peu qualifiés est beaucoup plus élevée que pour les citoyens suisses. Pour les travailleurs de ces deux groupes, les exigences linguistiques peuvent être assez faibles. Par exemple, l’anglais n’est généralement pas pertinent pour les ouvriers tels que les constructeurs et les concierges, et les personnes dont la langue maternelle n’est pas la langue maternelle ne doivent souvent avoir qu’une maîtrise de base de la langue locale. D’autre part, les langues locales ne sont pas nécessairement essentielles pour les travailleurs des entreprises internationales, des universités et d’autres institutions et organisations internationales, dans lesquelles l’anglais est couramment utilisé.

Néanmoins, les travailleurs migrants ayant des compétences et des niveaux de qualification intermédiaires, sont désavantagés en termes de compétitivité linguistique par rapport aux travailleurs locaux de même niveau lors de la candidature à un emploi, car de nombreux postes de ce niveau exigent la maîtrise d’une langue locale en plus des autres langues. La proportion de travailleurs suisses dans cette catégorie est beaucoup plus élevée et au-delà il se fait que la plupart des postes vacants en Suisse se trouvent dans cette même fourchette.

En dehors d’un capital humain et social potentiellement plus faible, la discrimination reste une explication raisonnable des différences sur le marché du travail entre les locaux et les migrants. Dans une récente méta-analyse de 43 études expérimentales menées sur 25 ans sur la discrimination dans les décisions d’embauche, les chercheurs ont montré que « la discrimination des groupes de minorités ethniques et raciales dans les décisions d’embauche est encore courante ». [5]

Dans une expérience qui a testé la discrimination des responsables des ressources humaines à l’égard des candidats d’origine étrangère, les chercheurs ont constaté que les candidats portant des noms à consonance étrangère qui « blanchissaient » leur CV et indiquaient ne parler que la langue locale étaient mieux reçus que ceux qui exprimaient un attachement culturel à leur pays d’origine. Ils ont conclu que « les CV qui donnent de multiples signaux d’attachement à la culture d’origine sont lourdement sanctionnés par des jugements de moindre productivité [6] ». Même les enfants d’immigrés ayant un diplôme suisse et une double nationalité doivent envoyer 30 % de demandes de plus pour être rappelés à un entretien lors de la candidature à un apprentissage [7].

Faire en sorte que les travailleurs migrants et immigrés aient des chances égales sur le marché du travail est avantageux tant pour ces travailleurs que pour la société du pays d’accueil. L’accès au marché du travail augmente leur participation sociale, ce qui est essentiel à l’intégration. Simultanément, le travail rémunéré réduit leur dépendance à l`assistance sociale. Chez JANZZ.technology, nous pensons que des procédures anonymes au début du processus de demande d’emploi peuvent largement réduire la discrimination et améliorer l’égalité des opportunités. Pour en savoir plus sur les procédures anonymes de JANZZ.jobs, veuillez contacter sales@janzz.technology

 

 

 

 

[1] FSO. 2020. Foreign cross-border commuters by gender, canton of work and age class. URL: https://www.bfs.admin.ch/bfs/en/home/statistics/work-income/employment-working-hours.assetdetail.13647546.html

[2] FSO. 2020. Employed persons (domestic concept) total number and in full-time equivalents by gender and nationality, gross and seasonally adjusted values. Quarterly and yearly averages. URL: https://www.bfs.admin.ch/bfs/en/home/statistics/work-income/employment-working-hours/employed-persons/trend-number-employed-persons.assetdetail.13327120.html

[3] Favre, S.; Föllmi, R:; Zweimüller, J.: Immigration, return migration and integration from a labour market perspective. In: A Panorama of Swiss Society 2020 Migration-Integration-Participation, Federal Statistics Office, Neuchãtel, 2020

[4] Friedberg, R.: You can’t take it with you? Immigrant assimilation and the portability of human capital, Journal of Labor Economics 18:2: 221–252, 2000

[5] Zschirnt, E.; Ruedin, D.: Ethnic discrimination in hiring decisions: A meta-analysis of correspondence tests 1990–2015, Journal of Ethnic and Migration Studies, Taylor & Francis, Milton Park, Abingdon, Vol. 42, Iss. 7, pp. 1–19, 2016

[6] Auer, D.: Drivers of immigrant employment in Switzerland, University of Lausanne, 2018

[7] Fossati, F.; Liechti, F.; Auer, D.; Bonoli, G.: Discrimination Multipliers, How immigrants’ integration affects labour market disadvantage, MIM Working Paper Series 17:2, Malmö Institute for Studies of Migration, Diversity and Welfare (MIM) Malmö University, Malmö, 2017

JANZZ.jobs, une solution en marque blanche avec des procédures de candidature anonymes

Récemment, une proposition a été soumise par trois membres du Conseil cantonal de Zurich demandant que les procédures de candidature soient rendues anonymes lors du pourvoi de nouveaux postes dans l’administration cantonale. Plus précisément, elles stipulent que la nationalité, le sexe, l’état civil, le nom et l’apparence doivent être rendus anonymes lors de la première étape de la demande. Malgré le fait que la Commission fédérale contre le racisme (EKR) préconise l’adoption de telles normes depuis un certain temps,  » En savoir plus sur: JANZZ.jobs, une solution en marque blanche avec des procédures de candidature anonymes  »